fatigue ordi

 

J’ai créé le RPSAV en 2008 pour encourager une saine collaboration. Encore aujourd’hui, je sais que certaines adjointes virtuelles hésitent à faire partie du groupe parce qu’elles ont peur de la compétition. Elles ont peur de se faire « voler » des clients par les autres membres. J’avoue que ça m’étonne à chaque fois que j’entends ceci, car une des principales règles du groupe est de faire preuve d’honnêteté et d’intégrité. Et comme je crois beaucoup à la loi d’attraction, je préfère me concentrer sur les collaborations possibles plutôt que de garder jalousement tout client qui se présente à moi.

Saviez-vous que le fait d’avoir peur de la compétition est en réalité la peur du manque? En effet, c’est la peur qu’il n’y en ait pas assez pour tout le monde. Pas assez de clients, pas assez d’argent, pas assez d’opportunités. Eh bien, j’ai une excellente nouvelle pour vous. Il y a amplement de clients pour toutes les adjointes virtuelles francophones et il restera même d’autres clients qui seront à la recherche de leur adjointe virtuelle. Je crois à l’abondance depuis longtemps, et encore plus récemment. J’ai des « compétiteurs » qui me réfèrent des clients alors c’est vous dire que lorsqu’on sait installer un climat de confiance et de collaboration, on en reçoit aussi. Si vous restez toute seule dans votre bureau, à ne pas investir dans un réseau et à avoir peur de la compétition, vous risquez de continuer à travailler fort inutilement.

Bien entendu, une fois la peur de la compétition surmontée, la peur du manque peut encore être présente dans votre entreprise.

Si vous avez tendance à accepter de négocier vos tarifs à la baisse pour avoir un client, c’est la peur du manque qui vous fait agir ainsi. C’est aussi un manque de confiance en vous-même et en vos compétences d’entrepreneur.

J’entends souvent « mais le client ne voudra pas payer cela » ou on me demande « est-ce qu’il y a vraiment des clients qui paient 500$ ou 1 000$ par mois pour les services d’une adjointe virtuelle? » et à cela je réponds, « oui, bien sûr! Il y en a qui sont même prêts à payer plus de 2 000$ par mois! ». En fait, 2 000 $, ce ne sont que 40 heures à 50$ ou encore 50 heures à 40$. En travaillant 2 ou 3 heures par jour pour un client qui veut tout déléguer, vous arriverez vite à ces 50 heures. 😉

Si vous avez peur d’augmenter votre tarif à chaque année d’un ou deux dollars l’heure parce que vous avez peur de perdre des clients, c’est encore la peur du manque qui agit sur vous ici.

Si vous choisissez toujours les options à bas prix et qui sont souvent de basse qualité… oui, c’est aussi la peur du manque qui vous fait agir ainsi.

Je connais la peur du manque. En fait, elle m’a suivie pendant longtemps, jusqu’à ce que je choisisse de croire que l’abondance existe, et qu’il y en a assez pour tout le monde.

J’ai choisi de croire qu’il y a des clients qui savent reconnaître la valeur de mes services, qui seront prêts à payer MON tarif, et que si un client me quitte pour aller vers une option moins chère ou pour une autre raison, il sera remplacé par un nouveau client encore plus idéal.

Quand j’ai l’impression que ma trésorerie est basse, je me rappelle que j’ai toujours trouvé moyen de renflouer les coffres et que j’ai toujours pu combler mes besoins de base et respecter mes responsabilités financières.

Je partage plusieurs stratégies pour surmonter ses peurs dans mon livre « Chanceuse! »  et si vous êtes intéressée à être accompagnée pendant que vous développez votre confiance et votre courage d’entrepreneur, j’ai un programme pour vous! Réservez une courte consultation et nous établirons si cette solution est pour vous.

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.