fbpx

5 clients à éviter

On en a tous eus. Cette cliente qui s’avère être beaucoup plus d’ennuis qu’elle ne vaut. Au début, lorsque le bonheur d’être en affaires commence à être éclipsé par la terreur de ton solde bancaire qui fond, tu pourrais choisir de travailler avec ces personnes. Tu penses peut-être que tu n’as pas le choix. Je comprends. Je suis passée par là.

Il viendra un moment où tu pourras te permettre d’être un peu plus pointilleuse. Lorsque tu arriveras enfin à dire : « Le client n’a pas toujours raison ». Surtout quand c’est pénible de travailler avec ce client !

Rappelle-toi, c’est ton entreprise, et tu travailles avec les clients que tu choisis. Garde un œil sur ces clients gênants, et tu seras beaucoup plus heureuse, à long terme.

Mme « J’ai l’entreprise la plus fantastique »

Il s’agit de la femme dont l’entreprise consiste à « inspirer mes clients à s’inspirer en les invitant à de nouvelles possibilités et à une expansion illimitée ». Elle peut parler sans cesse de « l’énergie transformatrice » et du « changement expansif » sans dire… Eh bien, n’importe quoi du tout ! 😉

J’avais l’habitude d’avoir un complexe à propos de ce type de client. J’étais convaincue que mon incapacité à comprendre ce qu’elle disait était révélatrice d’un manque d’intelligence de ma part.

Devine quoi? J’avais tort. Et si tu te sens comme ça au sujet de ton client potentiel, tu as probablement tort aussi.

Le fait est, ce client a une vague idée (peut-être) sur ce qu’il ou elle veut dans un site Web (ou une entreprise), mais s’ils ne peuvent pas clairement l’articuler, ils ne sont pas prêts pour toi. Ils ont besoin d’être clairs sur ce qu’ils font exactement (et pour qui) avant d’avoir une entreprise viable qui leur permet de te payer.

Tes clients devraient être en mesure de te dire :

  • Exactement qui sont leurs clients
  • Exactement ce qu’ils font pour/vendent à ces clients (en termes spécifiques, pas de non-sens spirito-intello machin)

S’ils ne peuvent pas le faire, alors ils ne sont probablement pas encore prêts pour toi. À moins que les aider à clarifier fasse aussi partie de tes services. 🙂

Mlle « Je pense que je vais démarrer une entreprise aujourd’hui »

Ce sont les gens qui ont assisté à un webinaire ou payé 17$ pour un cours sur la façon de démarrer une entreprise, et l’une des choses qu’ils ont appris, c’est qu’ils ont besoin d’une AV. Tous les gens d’affaires prospères qu’ils suivent ont une « équipe », après tout. Alors ils communiquent avec vous.

J’avais l’habitude de travailler avec ces gens. Je pensais pouvoir les aider à réaliser leurs rêves. Je suis en affaires depuis un moment, et je connais assez bien la croissance d’une entreprise en ligne, donc je devrais être en mesure d’aider, non?

Le problème, c’est que ces clients potentiels ne veulent pas vraiment d’entreprises. Ils aiment l’idée d’être un propriétaire d’entreprise. Ils aiment étudier les affaires, réfléchir à des idées, et traîner avec des amis à des réunions et des masterminds, mais ils ne veulent pas faire le vrai travail. Mais sans cela, ils n’auront jamais une entreprise viable.

Et sans entreprise, ils n’ont pas vraiment besoin de toi, non plus.

M. « Cela ne fonctionnera jamais dans mon entreprise »

C’est le gars qui rejette tes conseils. Toutes tes suggestions.

Il sait qu’il a besoin de bâtir une liste de diffusion, et tu lui montres 5 façons viables utilisées par tes clients, et tu te fais accueillir par, « Mon public ne répondra pas à cela. » Ou pire, il est d’accord, puis veut changer les éléments fondamentaux du plan.

Au lieu d’organiser un télésommet gratuit avec 20 experts de l’industrie, il décide d’accueillir 4 experts et d’en faire un programme payant.

Plutôt que de poster correctement ses billets de blogues optimisés pour le référencement avec des graphiques faits pour le partage, il préfère écrire des titres conviviaux et économiser de l’argent en n’utilisant aucune image.

Pourquoi t’a-t-il engagée si c’est pour tout refaire lui-même?

Miss « Ciao bye »

C’est la cliente que j’aime le moins. Elle frappe à votre porte virtuelle, l’argent en main et la tête pleine de grandes idées. Tu décris un projet, libère ton calendrier et pouf! Elle disparaît pour les 36 prochaines semaines.

Les courriels restent sans réponse.

Les appels téléphoniques sont ignorés.

Tu commences à te demander si elle a complètement abandonné son projet.

Même ça ne serait pas si terrible. Parfois, la vie change et les idées sont mises à l’écart. Ça arrive.

Le vrai problème avec ce client, c’est que lorsqu’elle réapparaît, elle indique clairement que son projet devrait être numéro un sur ta liste de priorités. Peu importe que tu n’aies pas de nouvelles d’elle depuis juin 2018. Oublie le fait que tu ne te souviens même plus des détails, et maintenant tu dois passer une demi-journée à essayer de te rafraîchir la mémoire avec ton carnet de projets.

Rien de tout ça n’a d’importance. Elle est prête à commencer aujourd’hui, et s’attend à ce que tu le sois aussi.

Mme « Couci-couça »

Elle a besoin d’une AV. Elle n’a pas besoin d’une AV. Elle veut travailler avec toi. Elle a besoin de mettre d’autres choses en place en premier. Elle veut ces images sur son site. Non, elle n’aime pas le message qu’elles envoient.

C’est une femme qui ne peut tout simplement pas prendre une décision, et travailler avec elle sera une source infinie de frustrations.

Honnêtement, ce n’est pas sa faute si elle est si indécise. Elle est probablement submergée par l’information, et a du mal à donner un sens à tout cela. Bien qu’il puisse être frustrant de travailler avec elle, cela peut également être une cliente idéale pour la bonne AV. Si tu te spécialises dans l’aide au démarrage de nouveaux entrepreneurs en ligne, alors cette cliente pourrait être parfaite pour toi. Tu devras cependant être confiante dans tes compétences et ferme dans tes communications avec elle.

Alors, comment faire face à ces clients gênants?

Fais confiance à ton intuition. Tu as sans doute eu une conversation ou deux avec des clients potentiels qui t’on fait penser, « Celui-ci sera un problème. » Écoute et crois cette petite voix, parce qu’elle dit presque toujours vrai.

Définis des limites. Indique clairement que ta proposition est bonne pendant 30 jours, qu’aucun travail sur un projet ne commencera tant que tous les documents/images/contenus nécessaires ne seront pas reçus, et qu’après 60 jours sans communication, tous les projets seront considérés comme fermés. Si tu utilises un contrat dans ton entreprise (j’espère!), inclure ces spécifications aidera à prévenir les problèmes en cours de route.

Défends-toi. Il y a quelques années, une de mes clientes avait des clients horribles et exigeants. Certaines des parties les plus frustrantes de mon travail ont été d’avoir à faire face à leurs demandes ridicules. L’augmentation massive des calendriers de production était fréquente, sans parler de nos autres clients que nous avions à gérer. Les factures étaient sous-payées parce qu’elles ne tenaient pas compte de tous les changements et ajouts. C’était l’enfer!

Tu n’as pas à supporter cela dans ton entreprise. Tu as le droit de dire non. Tu as le droit de dire: « Ceci ne fonctionnera pas pour moi. Je peux remettre ça vendredi, mais pas mardi. »

C’est ton affaire et ta vie. Ne laisse pas tes clients faire des demandes folles qui prennent ton temps et pourraient affecter ta santé mentale.

À bientôt,

Danielle

PS : En novembre, les membres du Club des AV reçoivent des trucs pour préserver leur énergie en définissant leurs limites. Rejoins-nous et obtiens ces conseils en plus des outils, tutoriels et autres avantages déjà disponibles.

 

 

 

Pin It on Pinterest

Share This